Rechercher

Le petit-déjeuner : le point de départ du rééquilibrage alimentaire ?



Depuis des années, la sagesse populaire veut que non seulement un bon petit-déjeuner soit vital, mais qu'il soit aussi le repas le plus important de la journée. Un bon petit-déjeuner favorise une meilleure santé générale, dit-on. Certains experts affirment que le fait de prendre un repas tôt le matin stimule le métabolisme et aide les gens à perdre du poids au fil du temps.



La science nous le confirme.


Tim Spector, professeur de génétique au King's College de Londres et auteur de The Diet Myth [1] : The Real Science Behind What We Eat, ne l'est pas non plus.


"Le petit-déjeuner n'a pas d'importance particulière - si ce n'est que c'est la première fois que l'on mange après un long jeûne (c'est-à-dire le sommeil) et que c'est le moment où notre métabolisme fonctionne le mieux", explique-t-il. "Bien sûr, les fabricants de céréales pour petit-déjeuner nous diront le contraire".


Flavia Cicuttini, chercheuse à l'université de Monash, convient que prendre un petit-déjeuner n'a pas d'importance particulière pour le bien-être général d'une personne. Cicuttini faisait partie d'une équipe qui a récemment examiné 13 études sur la relation entre le petit-déjeuner et le poids et l'énergie d'une personne [2].





"Nous pouvons conclure que la modification des régimes alimentaires pour inclure la consommation de petit-déjeuner pourrait ne pas être une bonne stratégie pour la perte de poids."

Ils ont constaté que les personnes qui prenaient régulièrement un petit-déjeuner consommaient environ 260 calories de plus par jour que les personnes qui le sautaient régulièrement.



"Nous pouvons conclure que la modification des régimes alimentaires pour inclure la consommation du petit-déjeuner pourrait ne pas être une bonne stratégie pour la perte de poids", déclare Cicuttini. "Ce qui est important, c'est qu'il n'y avait aucune preuve d'une amélioration du métabolisme chez ceux qui prenaient un petit-déjeuner ou qu'ils étaient moins susceptibles de trop manger plus tard dans la journée."



Des risques diminués de maladie cardio-vasculaires.


Des études suggèrent qu'il pourrait y avoir des risques importants pour la santé associés au fait de sauter le petit-déjeuner, bien que les données scientifiques à ce sujet soient floues.


Une étude récente s'est penchée sur les enquêtes nutritionnelles de 6 550 résidents américains âgés de 40 à 75 ans, dont aucun n'avait d'antécédents de maladie cardiovasculaire. Seuls 5,1 % d'entre eux ont déclaré ne jamais prendre de petit-déjeuner. Lors du suivi de ces personnes environ 18 ans plus tard, alors que 2 300 d'entre elles étaient décédées, les chercheurs ont constaté que les personnes qui ne prenaient jamais de petit-déjeuner avaient un risque de décès lié à une maladie cardiovasculaire 87 % plus élevé que celles qui en prenaient quotidiennement [3]


"Nous ne pouvons pas dire si le petit-déjeuner est "le plus important", mais les résultats indiquent au moins que le petit-déjeuner est un repas important et que sauter le petit-déjeuner peut augmenter le risque de décès cardiovasculaire", explique Wei Bao, membre de l'équipe de l'étude et professeur adjoint d'épidémiologie à l'Université de l'Iowa. "Les résultats de notre étude sont conformes aux conclusions précédentes sur la relation entre le fait de sauter le petit-déjeuner et les facteurs de risque cardiovasculaire, tels que le diabète, l'hypertension et les troubles lipidiques. Le petit-déjeuner devrait être encouragé dans le cadre d'une alimentation globalement saine."





Une bonne hygiène de vie globale est clef


Si le lien entre le fait de sauter le petit-déjeuner et l'augmentation du risque cardiovasculaire est clair, dit Cicuttini, il n'est pas du tout certain que le fait de sauter le petit-déjeuner soit une cause. D'autres comportements de santé chez les personnes qui sautent le petit-déjeuner pourraient augmenter le risque de maladie cardiovasculaire. "Cela ne peut être vérifié qu'en effectuant un essai clinique randomisé", ajoute-t-elle.


M. Spector, qui a rédigé un article d'opinion dans le BMJ (British Medical Journal) pour accompagner l'étude de Mme Cicuttini, est d'accord. L'étude sur le petit-déjeuner et la mortalité cardiovasculaire "est une étude épidémiologique par observation qui est sujette à de nombreux biais et peut confondre cause et effet", dit-il.


D'autres recherches soulignent ce point.

Une étude de 2017 publiée dans le Journal of the American College of Cardiology [4] a révélé que les personnes qui évitaient régulièrement le repas du matin présentaient une accumulation de plaque plus importante dans leurs vaisseaux sanguins - un signe de risque accru de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral. Mais l'étude a également mis en évidence une différence importante dans le mode de vie global, qui était la cause la plus probable de ce risque élevé : "Les personnes qui sautaient le petit-déjeuner étaient plus susceptibles de tomber dans ce que l'on appelle un modèle d'alimentation sociale et professionnelle", explique le Dr Haitham Ahmed, cardiologue à la Cleveland Clinic. "Il s'agit de personnes qui mangent à l'extérieur au travail, qui passent beaucoup de temps à manger à l'extérieur, qui prennent des repas plus copieux, qui consomment de l'alcool et qui mangent plus de fast-food." Selon Ahmed, l'étude ne signifie donc pas que sauter le petit-déjeuner vous tuera, mais elle montre un lien entre cela et une alimentation malsaine.



Bao, quant à lui, voit un lien positif entre ses conclusions sur la santé cardiaque et l'étude de Cicuttini dans le BMJ, qui ont toutes deux montré une prise de poids minime chez les personnes prenant un petit-déjeuner, malgré les calories supplémentaires qu'elles consommaient. Cela peut être une bonne nouvelle pour les habitués du petit-déjeuner, déclare Bao.


Le débat sur le petit-déjeuner ne devrait pas se limiter à la prise ou à la perte de poids, mais s'intéresser aux effets à long terme sur la santé, comme les maladies cardiovasculaires et le diabète.




[1] https://en.wikipedia.org/wiki/Tim_Spector

[2] Sievert K, Hussain S M, Page M J, Wang Y, Hughes H J, Malek M et al. Effect of breakfast on weight and energy intake: systematic review and meta-analysis of randomised controlled trials BMJ 2019; 364 :l42 doi:10.1136/bmj.l42

[3] Shuang Rong, Linda G. Snetselaar, Guifeng Xu, Yangbo Sun, Buyun Liu, Robert B. Wallace, Wei Bao, Association of Skipping Breakfast With Cardiovascular and All-Cause Mortality, Journal of the American College of Cardiology, Volume 73, Issue 16, 2019 Pages 2025-2032, ISSN 0735-1097, https://doi.org/10.1016/j.jacc.2019.01.065.

[4] Irina Uzhova, Valentín Fuster, Antonio Fernández-Ortiz, José M. Ordovás, Javier Sanz, Leticia Fernández-Friera, Beatriz López-Melgar, José M. Mendiguren, Borja Ibáñez, Héctor Bueno and José L. Peñalvo, The Importance of Breakfast in Atherosclerosis Disease: Insights From the PESA Study, Journal of the American College of Cardiology, https://doi.org/10.1016/j.jacc.2017.08.027

41 vues0 commentaire